La Liberté

Le Belarus tire des missiles sur un village ukrainien

Le Belarus a apparemment tiré une vingtaine de roquettes sur un village ukrainien (archives). © KEYSTONE/AP/Bernat Armangue
Le Belarus a apparemment tiré une vingtaine de roquettes sur un village ukrainien (archives). © KEYSTONE/AP/Bernat Armangue


Publié le 25.06.2022
Partager cet article sur:


Kiev a accusé samedi Moscou de vouloir "attirer" Minsk, allié diplomatique de la Russie, "dans la guerre" en Ukraine. Le Belarus a apparemment tiré une vingtaine de roquettes sur un village ukrainien.

"La frappe d'aujourd'hui est directement liée aux efforts du Kremlin pour attirer le Bélarus dans la guerre en Ukraine en tant que co-bélligérant", a affirmé sur Telegram la direction générale du renseignement ukrainien, rattachée au ministère de la Défense.

"Vers 05h00 heures du matin, la région de Tcherniguiv a subi un bombardement massif de missiles. Vingt roquettes ont visé le village de Desna, tirés depuis le territoire du Bélarus (et aussi) depuis les airs", avait indiqué dans la matinée sur Facebook le commandement Nord des troupes ukrainiennes, précisant qu'"il n'y avait pas de victimes" à ce stade.

"Une infrastructure a été touchée", a précisé l'armée ukrainienne, sans indiquer si elle était militaire ou non. Selon le renseignement ukrainien, "six avions Tu-22M3 ont tiré 12 missiles de croisière depuis la ville de Petrykaw", dans le sud du Bélarus.

"Les bombardiers ont décollé de l'aéroport de Chaïkovka dans la région de Kalouga en Russie", à 270 kilomètres au nord de la frontière ukrainienne, a-t-il indiqué.

Retour en Russie

"Ils sont ensuite entrés dans l'espace aérien du Bélarus. Après avoir lancé les missiles, ils sont retournés en Russie", a-t-il affirmé, précisant qu'en plus de Desna, les Russes avaient touché des cibles "dans les régions de Kiev et de Soumy".

Desna, petit village de 7500 habitants avant la guerre, se situe à 70 km au nord de Kiev et à la même distance au sud de la frontière avec le Bélarus.

Cette frappe intervient alors que le président russe Vladimir Poutine et son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko doivent se rencontrer samedi à Saint-Pétersbourg en Russie, avant une visite au Bélarus, prévue jeudi et vendredi, du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Quoique non bélligérant dans le conflit avec l'Ukraine à ce stade, le Bélarus a servi de soutien logistique aux troupes de Moscou, notamment dans les premières semaines de l'offensive russe.

Le pays, dirigé par Loukachenko depuis 1994, est depuis largement visé par les sanctions occidentales prises aussi contre la Russie.

Moscou dit avoir tué 80 Polonais

La Russie a de son côté affirmé samedi avoir tué "jusqu'à 80" combattants polonais dans un bombardement dans l'est de l'Ukraine, où les combats font rage entre les forces de Kiev et celles de Moscou. En outre, 20 véhicules blindés de combat et huit lance-roquettes multiples Grad ont été détruits dans des frappes d'armes de haute précision, selon le ministère russe de la Défense.

Le ministère russe a par ailleurs affirmé que "plus de 300 militaires ukrainiens et mercenaires étrangers, ainsi que 35 armes lourdes ont été détruits en l'espace d'un jour à Mykolaïv", dans le sud de l'Ukraine. Aucune de ces affirmations n'était vérifiable de manière indépendante dans l'immédiat.

La Russie qualifie péjorativement de "mercenaires" tous les volontaires étrangers qui combattent au sein des forces ukrainiennes. En avril, le ministère russe de la Défense avait affirmé qu'une trentaine de "mercenaires" polonais avaient été tués dans la région de Kharkiv (nord-est de l'Ukraine).

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11