La Liberté

«Faire sortir le meilleur des choristes»

Parle-moi de ton art!

Naomi Spicher étudie l'alto à la HKB de Berne. © Lenny Ruprecht
Naomi Spicher étudie l'alto à la HKB de Berne. © Lenny Ruprecht

Amédée Hirt

Publié le 04.09.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Naomi Spicher, 22 ans, étudie actuellement l’alto à la Haute Ecole de musique de Berne. En parallèle, elle dirige deux chœurs dans le canton de Fribourg.

«A mon entrée à l’Université de Fribourg en musicologie et français, je me suis inscrite aux cours de direction chorale au Conservatoire. Six mois après, en janvier 2019, j’ai pris la direction du chœur d’enfants Les Chardonnerets de Surpierre. Ensuite, j’ai dirigé quelques projets. Au Chœur Saint-Michel de Fribourg où je chante, j’ai assisté le directeur Philippe Savoy. Avec des garçons avec qui je chantais, en septembre 2020, on a fondé le chœur d’hommes Diverticantus.

«En dehors on est potes, mais en répétition, c’est moi qui fais la loi.»
Naomi Spicher

Ce que j’aime dans la direction chorale, c’est que tu as besoin de beaucoup de compétences. Ce n’est pas seulement battre des bras. Tu as aussi la préparation du programme et des répétitions, le côté social, le côté technique vocale, et le côté pédagogique. Je ne travaille pas de la même façon avec mes deux chœurs. Je suis exigeante avec chacun. Mon but, c’est de faire sortir le meilleur des choristes. Avec les enfants, ce que j’adore c’est qu’ils sont cash. Si tes exemples sont mauvais, ils ne vont pas comprendre. J’essaie de ne jamais les sous-estimer. Tu peux faire des choses incroyables avec, tant que tu arrives à les emmener avec toi.

Avec le chœur d’hommes, je peux faire de la musique plus complexe. Les chanteurs sont aussi mes amis. Mais quand tu es directrice, il faut savoir mettre des limites: en dehors on est potes, mais en répétition, c’est moi qui fais la loi. Le fait que ce soit des hommes ne change rien. Au contraire, je trouve que c’est bien d’avoir une femme dans un chœur d’hommes.

L’année prochaine, dans le cadre de mon bachelor, j’aurai des cours de direction instrumentale. Plus tard, je pense que je vais continuer avec un master en pédagogie pour le violon alto ou finir mon cursus universitaire en musicologie et français. En tous les cas, j’aimerais qu’une partie de mes activités soit de la direction chorale.»

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11