La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Quand l’automobile faisait peur

Au temps des pionniers, la voiture «pétaradante et puante» a eu de la peine à s’imposer en Suisse

Selon leurs détracteurs, la poussière soulevée par les automobiles était dangereuse pour la santé (ici, lors 
de la course du Klausen). © Archives de la ville de Coire / DR
Selon leurs détracteurs, la poussière soulevée par les automobiles était dangereuse pour la santé (ici, lors 
de la course du Klausen). © Archives de la ville de Coire / DR

Pascal Fleury

Publié le 14.01.2022

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Partager cet article sur:

Transports » Au temps des pionniers, la voiture était mal-aimée en Suisse. Dans les campagnes et les montagnes, les automobilistes étaient bloqués par des barrages, les opposants sortant parfois le lisier et les fourches. En ville, piétons et cyclistes pestaient contre ces engins de privilégiés, puants et pétaradants. Dans plusieurs cantons, la circulation était limitée ou interdite. Les explications de l’historien Cédric Humair, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne et à l’EPFL, où il enseigne l’histoire sociale et culturelle des techniques dans les domaines de l’énergie et des transports.

Pourquoi, au temps des pionniers, l’automobile était-elle si mal-aimée en Suisse?

Cédric Humair: Les critiques à l’ég

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00