La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Triathlon: Le Swissman, la carte postale en plus

Relier Ascona à la Kleine Scheidegg: le défi qui attend trois Fribourgeois s’annonce costaud et beau à la fois.

La Tremola et ses pavés. Les quelque 250 participants au Swissman passeront aussi par là. © suixtri.com
La Tremola et ses pavés. Les quelque 250 participants au Swissman passeront aussi par là. © suixtri.com

Pierre Salinas

Publié le 20.06.2024

Temps de lecture estimé : 7 minutes

«Tu accomplis un marathon avec tes muscles et un Ironman avec ta tête. Mais le Swissman, tu peux seulement le terminer avec ton cœur.» Avertissement qui en dit long et qui ne dit rien qui vaille, la citation est de Marcus Raatz, finisher du premier Swissman organisé en 2013. Onze ans plus tard, elle est plus que jamais d’actualité. Si Marcus Raatz a mentionné les trois moteurs sans lesquels le corps n’accepterait pas d’avancer, il a oublié les yeux.

Au regard de son dénivelé (5575 m), le Swissman n’est pas un Ironman (3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42 km de course à pied) comme un autre: c’est un Ironman dit de l’extrême, au même titre que l’Himalayan, le Norseman ou le Patagonian, lesquels comptent tous pour le XTRI World Tour. Mais parce qu’il prend sa source sur les îles de Brissago, qu’il emprunte des routes mythiques telles que la Tremola, dans le massif du Gothard, et qu’il s’achève à la Kleine Scheidegg, à plus de 2000 m d’altitude, le Swissman se vit aussi à tra

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11