La Liberté

Raphaël Berger: «C’est un peu laisser un bébé»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Janvier 2011. «Pendant cette période, le président Laurent Haymoz (en arrière-plan) était administrateur délégué et j’effectuais en quelque sorte mon apprentissage de directeur. Laurent Haymoz, c’est une sacrée référence. J’ai une véritable maîtrise sur les dossiers depuis 4 ou 5 ans» souffle Raphaël Berger. © Alain Wicht
Janvier 2011. «Pendant cette période, le président Laurent Haymoz (en arrière-plan) était administrateur délégué et j’effectuais en quelque sorte mon apprentissage de directeur. Laurent Haymoz, c’est une sacrée référence. J’ai une véritable maîtrise sur les dossiers depuis 4 ou 5 ans» souffle Raphaël Berger. © Alain Wicht
Le 4 octobre 2003, Fribourg. «A priori, c’est un but de Julien (son premier en ligue A, ndlr). Il y a des choses qui ne changent pas… On y voit Sprunger et Birbaum qui sont toujours en activité, mais aussi Marquis, un pote, qui doit sans doute demander s’il peut jouer, Rhodin ou Haldimann», commente Berger (à droite). © McFreddy
Le 4 octobre 2003, Fribourg. «A priori, c’est un but de Julien (son premier en ligue A, ndlr). Il y a des choses qui ne changent pas… On y voit Sprunger et Birbaum qui sont toujours en activité, mais aussi Marquis, un pote, qui doit sans doute demander s’il peut jouer, Rhodin ou Haldimann», commente Berger (à droite). © McFreddy
Partager cet article sur:
30.09.2021

Arrivé à Gottéron pour jouer en 2000, Raphaël Berger s’en va après avoir fait ses armes de directeur

Patricia Morand

Hockey sur glace » Arrivé sur les bords de la Sarine comme défenseur au printemps 2000, Raphaël Berger s’apprête à quitter Gottéron après une dizaine d’années dans la fonction de directeur général. A 42 ans, il s’en ira après avoir été un Dragon durant plus de la moitié de sa vie. Le Jurassien transmettra officiellement les clés de la maison à son successeur, John Gobbi, le 23 octobre, mais la phase est déjà à la transition et à la transmission (lire ci-dessous). «C’est un peu laisser un bébé que de quitter une activité après l’avoir exercée durant la quasi-totalité de sa vie professionnelle. C’est une rupture.»

«J’avais terminé ma maturité commerciale lorsque j’ai quitté Ajoie pour Zoug (1997). Durant tro

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00