La Liberté

Elon Musk accuse Twitter de l'avoir induit en erreur, le réseau nie

Cela fait des semaines que le milliardaire et le réseau social s'affrontent sur le contrat d'achat annulé par Elon Musk début juillet. © KEYSTONE/dpa/Karl-Josef Hildenbrand
Cela fait des semaines que le milliardaire et le réseau social s'affrontent sur le contrat d'achat annulé par Elon Musk début juillet. © KEYSTONE/dpa/Karl-Josef Hildenbrand


Publié le 05.08.2022
Partager cet article sur:


Twitter a déposé jeudi au tribunal sa réponse à la plainte d'Elon Musk, donnant une idée plus précise des arguments du multimilliardaire. Celui-ci cherche à s'extraire de l'accord de rachat du réseau social et l'accuse de lui avoir "jeté de la poudre aux yeux".

Les affirmations du patron de Tesla et SpaceX "sont factuellement inexactes, juridiquement insuffisantes et commercialement non pertinentes. Nous avons hâte que le procès ait lieu", a tweeté jeudi Bret Taylor, le président du conseil d'administration de la plateforme.

Mi-juillet, Twitter a attaqué Elon Musk en justice devant la Delaware Court of Chancery, un tribunal spécialisé en droit des affaires, pour le contraindre à honorer son engagement d'acquisition pour 44 milliards de dollars. Le procès doit s'ouvrir le 17 octobre. Mais vendredi, l'homme le plus riche au monde a contre-attaqué avec une plainte "confidentielle".

"D'après Musk - le milliardaire qui a fondé plusieurs entreprises et est conseillé par des banquiers et avocats de Wall Street - Twitter lui a jeté de la poudre aux yeux pour lui faire signer l'accord de rachat", indique le réseau social. "C'est une tentative d'échapper à un contrat que Musk ne trouve plus intéressant depuis que le marché des actions a baissé", assènent ses avocats.

"Fausses déclarations"

Elon Musk a démarché Twitter en avril, puis signé un accord pour 54,20 dollars par action. Il y a mis fin unilatéralement début juillet, au motif que la société basée à San Francisco aurait, selon lui, menti sur la proportion de comptes automatisés et de spams sur sa plateforme.

D'après le document déposé jeudi par Twitter, le patron de Tesla accuse le conseil d'administration d'avoir dissimulé la vraie proportion de comptes inauthentiques, qui serait d'après lui de l'ordre de 10% des utilisateurs actifs au quotidien et exposés à la publicité. Twitter l'estime inférieure à 5%.

Les documents officiels déposés par la plateforme auprès du gendarme boursier américain "contiennent de nombreuses fausses déclarations matérielles et omissions qui faussent la valeur de Twitter et ont entraîné Elon Musk à accepter d'acheter l'entreprise à un prix gonflé", assurent les avocats de l'homme d'affaires.

"Jouer à cache-cache"

La stratégie de Twitter, continuent-ils, a consisté à "jouer à cache-cache" pour empêcher le plus longtemps possible l'acheteur de "discerner la vérité". Twitter répond que l'homme d'affaires a précipité les négociations et que l'accord n'a jamais mentionné les faux comptes.

Entre la baisse générale du marché boursier ces derniers mois, la baisse des recettes publicitaires des réseaux sociaux (due à la conjoncture économique) et les critiques publiques d'Elon Musk, le titre de Twitter s'était effondré à environ 32 dollars le 11 juillet. Il valait environ 41 dollars jeudi.

ats, afp

Articles les plus lus
  • En direct

    Quatre à la suite pour Gottéron !

    Excellent week-end pour Fribourg-Gottéron ! Les protégés de Christian Dubé s'imposent 4-3 à Lausanne et enchaînent un quatrième succès de rang en National...
  • Incendie au GYB à Payerne

    Les élèves et les enseignants du Gymnase intercantonal de la Broye (GYB) à Payerne, soit quelques 1100 élèves, ont été évacués de l’établissement scolaire ce...
  • Pascal Cudré-Mauroux élu au Conseil communal de Gibloux

    Le Conseil communal de Gibloux est à nouveau au complet. Pascal Cudré-Mauroux, retraité né en 1957, a été élu dimanche dans le cadre d'une élection...
  • Explosion d'un bancomat à Gumefens

    Un bancomat de la banque Raiffeisen a explosé à Gumefens dans la nuit de jeudi à vendredi. Un important dispositif de police a été mis en place pour retrouver...
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11